© 2018 Alexina Van Geel - alfredlediabete@gmail.com 

  • b-facebook
  • Instagram Black Round
  • Twitter Round
Please reload

RECHERCHE PAR TAGS : 

Please reload

POST RÉCENTS : 

ME SUIVRE : 

  • Facebook Clean Grey
  • Twitter Clean Grey
  • Instagram Clean Grey

Les hypoglycémies

15/11/2017

Une hypoglycémie est une diminution du taux de sucre du sang. C'est donc un événement assez courant dans la vie d'une personne diabétique. Elle peut d'ailleurs toucher aussi bien les personnes diabétiques de type 1 ou de type 2 sous insuline que les diabétiques de type 2 sous anti-diabétiques oraux, même si elle reste plus fréquente dans les traitements par insuline.

 

 Source image: photo personnelle

 

La limite habituelle pour définir une hypoglycémie varie entre 60 et 70 mg/dL. Cependant, il faut savoir que le seuil d'hypoglycémie varie d'une personne à l'autre. En effet, chaque personne diabétique ne ressent pas les effets de l'hypoglycémie au même moment. Si les hypoglycémies sont fréquentes, la personne aura tendance à ne les sentir que très tardivement ou même pas du tout. A l'inverse, une personne qui est souvent en hyperglycémie (200-300 mg/dL), les sentira très tôt voire même à des glycémies qui ne sont normalement pas considérées comme pathologiques (100-150 mg/dL). 

 

Paradoxalement, plus on cherche à avoir de bons résultats glycémiques, plus le risque d'hypoglycémie est élevé. Devant des épisodes d'hypoglycémie trop fréquents, il sera parfois nécessaire pour le diabétologue d'augmenter les objectifs glycémiques de la personne diabétique (120-150 mg/dL au lieu de 80-120 mg/dL par exemple).

 

  Source image: https://allforscience.wordpress.com/

 

Il est important de connaître ses signes d'alerte et de les apprendre à son entourage. Ces signes sont propres à chaque personne même si certains reviennent plus fréquemment dans les descriptions. 

 

Parmi eux, on peut citer:

- Les signes démontrant une attitude de défense de l'organisme (transpiration, tremblements des extrémités, palpitations, visage pâle et en sueur, ...). En effet, suite à l'hypoglycémie, le corps va secréter différentes substances: glucagon, cortisol et adrénaline. C'est surtout l'adrénaline qui provoque ces premiers symptômes.

 

-Les signes d'un manque de sucre au niveau du cerveau (vision trouble, floue ou même double, fatigue brutale, assoupissement, bâillements, irritabilité, nervosité, comportement étrange et inhabituel, difficultés à articuler, troubles de la parole, inattention, vertiges, maux de tête, difficultés motrices, maladresse, fonctionnement au "ralenti",convulsions, et parfois coma, ...).

 

-D'autres signes peuvent être ressentis ou observés comme la faim, l'envie de sucre, une sensation de froid, de mal-être ou, au contraire, parfois une sensation de bien-être, semblable à un état d'ivresse, l'impression de perdre connaissance, des picotements de la langue ou des lèvres, un regard fixe, des nausées, des rires ou des larmes soudains, de l'agitation, de l'agressivité, de la colère, le refus de se resucrer, ...

 

  Source image: http://www.ajd-diabete.fr/

Les symptômes des hypoglycémies nocturnes sont peu ou parfois pas ressentis. Parmi les particularités de ces hypoglycémies, on peut noter: les cauchemars, un sommeil agité, une transpiration excessive et, très souvent au réveil, des maux de tête.

 

L'apparition d'une hypoglycémie peut engendrer du stress et, associé à la faim et à l'envie de sucre qu'elle provoque parfois, le risque le plus courant pour la personne touchée est de "trop" se resucrer et provoquer une hyperglycémie secondaire.

 

Source image:https://www.d-journal-romand.ch/

 

Habituellement, le conseil en cas d'hypoglycémie est d'arrêter toute activité et d'ingérer 15 à 20gr de glucides, liquides de préférence afin d'agir le plus rapidement possible. En termes d'équivalence, cela correspond à 3 morceaux de sucre dans un demi-verre d'eau, 200ml de jus de fruit, 100 à 150ml de soda, 4 tablettes de "Dextro Energy", une cuillère à soupe de sirop dans un demi-verre d'eau ou bien 2 cuillères à café de miel ou de confiture. De manière générale, il faudra se méfier du sucre associé à des graisses (chocolat, snack, ...) car ces dernières retardent l'absorption du glucose à cause de leur index glycémique bas.

 

Si l'hypoglycémie a lieu avant le repas, il est malgré tout conseillé de se resucrer (sucres rapides) avant de manger son repas (sucres lents). Et si l'hypoglycémie a lieu avant d'aller dormir, il est conseillé de rajouter une petite collation (biscuit, tartine, fruit, yaourt, ...).

 

Ce sont bien évidemment des conseils d'ordre général, chaque personne est différente et il est donc utile pour chacun de trouver "sa" manière efficace de se resucrer.

 

Il est important de se recontrôler 15 à 30 minutes après l'ingestion des glucides, surtout si les symptômes persistent. Si la glycémie n'est pas remontée, il faudra de nouveau ingérer 15 à 20gr de glucides et recontrôler jusqu'à obtenir une glycémie supérieure à 70mg/dL.

 

  Source image: http://www.childrenwithdiabetes.com/

 

Si la personne est inconsciente, et de manière plus générale, devant chaque personne diabétique inconsciente, une injection de Glucagon est nécessaire. C'est pourquoi il est important que la famille et l'entourage soient formé à l'utiliser. Le Glucagon est conservé au frigo. Il s'injecte dans le tissu sous-cutané ou en intra-musculaire au niveau du bras, de la cuisse ou de la fesse. Le délai d'action est habituellement de 10 minutes.

 

Si la personne est toujours inconsciente au bout de 15 minutes, il faudra appeler les secours. Une fois réveillée, la personne peut présenter des nausées ou des vomissements. Cependant, il est important pour elle de se resucrer en mangeant afin de reconstituer les réserves du foie. Enfin, en cas de malaise avec perte de connaissance, il est recommandé d'en informer son infirmière diabéto ou son diabétologue.

 

   Source image: https://www.dreamstime.com/ (modifiée par mes soins)


Le Glucagon est une hormone naturellement fabriquée par le corps humain: ce sont les cellules alpha des îlots de Langerhans du pancréas qui la produisent. Elle a l'effet totalement inverse de l'insuline, elle permet de libérer très rapidement une petite quantité de glucose stockée sous forme de glycogène dans le foie, les muscles et le tissu graisseux.

 

Une fois l'hypoglycémie corrigée, il est important de rechercher sa cause et de la noter dans son carnet de suivi. On peut rassembler les causes principales en 3 grands groupes:

 

-L'insuline: injection d'une quantité trop importante, erreur dans l'injection, injection dans un site inapproprié (lipodystrophie), mauvaise manipulation de la pompe ou du stylo, erreur d'insuline (rapide au lieu de lente), ...

 

-La diététique: apport en glucides insuffisant, saut d'un repas, oubli d'une collation (si nécessaire), consommation d'alcool (à jeun notamment), modification de l'horaire des repas, délai entre l'injection et le repas trop important, ...

 

-L'exercice physique: exercice imprévu ou trop intensif, ou plus long qu'imaginé, ...

 

 

Source image: http://www.ajd-diabete.fr/

 

Parmi les autres causes possibles, on peut aussi citer la chaleur, le sauna, le changement des habitudes de sommeil (sorties, fêtes,...), les médicaments qui peuvent modifier les sensations liées à l'hypoglycémie (hypotenseurs) ou augmentent l'effet des antidiabétiques oraux, ou encore après une période de maladie (augmentation des besoins en insuline pendant la maladie qui ne sera plus nécessaire une fois guéri), ...

 

Parfois, il est difficile d'en trouver la cause. Surtout pendant la période dite de "lune de miel" diabétique où le pancréas se remet à fonctionner quelque temps après l'instauration du traitement par insuline, mais cela de façon irrégulière et totalement imprévisible.

 

Enfin, pour éviter le plus possible ces périodes d'hypoglycémie souvent mal vécues, quelques conseils peuvent être appliqués:

 

- Connaître ses symptômes et les apprendre à son entourage.

- Adapter sa dose d'insuline à son repas et à l'exercice physique qui le suivra.

- Éviter de sauter un repas ou une collation, si celle-ci est nécessaire.

- Contrôler régulièrement sa glycémie, et systématiquement en cas de doute.

- Avoir toujours sur soi de quoi se resucrer efficacement.

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload